Blog

Si vous avez un article intéressant concernant le monde canin, n'hésitez pas à nous envoyer celui-ci ou le lien par email avec une photo d'illustration (mini 900 x 525 px).

mardi, 31 janvier 2017 11:48

Le froid & le chien

Les chiens sont pour la plupart d'entre eux des animaux assez rustiques. L'organisme du chien est bien plus résistant au froid que celui des humains. La plupart des chiens supportent d'ailleurs bien mieux les grands froids que les grosses chaleurs. Toutefois, un certain nombre de paramètres peuvent faire varier les capacités de tel ou tel chien à supporter le froid.

Une résistance au froid variable selon les chiens

Les chiens sont pour la plupart d'entre eux des animaux assez rustiques. L'organisme du chien est bien plus résistant au froid que celui des humains.
Cependant, il faut savoir qu'un chien peut prendre un "coup de froid" et tomber assez sérieusement malade, il peut même mourir de froid s'il ne peut pas se mettre à l'abri en cas de très grosse chute de température. Notamment s'il dort à même le sol dans un endroit non protégé des intempéries (pluie, neige, mais aussi vent).
Si votre chien vit toute l'année dehors, il peut y rester l'hiver mais il devra tout de même avoir un abri et être isolé du sol.

En revanche, certaines races résistent mal au froid, il faut donc être vigilant.
Et, si votre chien est habitué à vivre à l'intérieur toute l'année, il sera beaucoup plus sensible au froid en hiver et vous devrez prendre plus de précautions le jour où vous l'emmènerez à la neige. Il faudra peut-être dans ce cas prévoir un manteau de protection, un traitement des coussinets plantaires et limiter la durée des sorties.

Attention ! Toutefois, les sorties ne doivent en aucun cas être supprimées, elles sont très importantes pour nos compagnons, tant pour leur santé que pour leur bien-être.

Facteurs dont dépend la résistance au froid

La race du chien

Les races à poils longs et denses ou certaines races originaires de contrées froides comme le Chow-Chow, le Husky, le Léonberg ou le Terre-Neuve supportent généralement bien le froid.
Certaines races à poils très ras et de morphologie très fine résistent plus difficilement au froid comme par exemple les Lévriers. C'est le cas également des races naines et des races miniatures (Chihuahua, Yorkshire de petit gabarit,...).

L'âge du chien

Les chiots et surtout les chiens très âgés sont moins aptes à lutter contre le froid que les chiens adultes dont le métabolisme est optimal.

L'état d'embonpoint du chien

Un chien maigre est plus sensible au froid qu'un chien de poids normal. Ayant peu de réserves corporelles, il est moins capable de lutter contre l'hypothermie en cas d'exposition prolongée au froid.

A savoir : Par contre, il faut savoir que les chiens obèses ne sont pas plus résistants au froid que les chiens de poids normal. Ils sont même souvent très frileux, car ils bougent moins, et dépensent donc moins de calorie pour se réchauffer.

L'épaisseur de la fourrure

Les races nordiques ont un sous-poil plus dense que les races de climat tempéré. Les races à poils longs ont une meilleure protection que les races à poils ras.
Nous vous conseillons de ne pas faire tondre votre chien juste avant l'hiver et de demander au toiletteur de ne pas trop enlever le sous-poil.

Le type de froid

Il faut savoir que le froid sec est plus facile à supporter que le froid humide.
Par ailleurs, si un vent froid souffle, la déperdition de chaleur est plus importante et vous devez écourter votre promenade avec votre chien.

Le mode de vie du chien

Un chien qui vit dans une maison avec un jardin et qui sort souvent ou passe plusieurs heures par jour dehors, supportera mieux le froid qu'un chien qui vit en appartement.
Les chiens vivant en ville dans des appartements très chauffés ou les chiens récemment toilettés seront plus sensibles aux basses températures.

Comment les protéger ?

Si votre chien est sensible au froid, nous vous conseillons vivement d'acheter à votre compagnon un manteau qui lui permettra de maintenir sa température corporelle et de se promener sans risque.

Conclusion

En cas de doute sur la résistance au froid de votre chien, nous vous conseillons de consulter votre vétérinaire afin qu'il l'examine et lui fasse éventuellement un bilan de santé. Il pourra alors vous dire si vous devez prendre des précautions particulières cet hiver.
Les précautions à prendre varient si votre chien vit à l'extérieur toute l'année ou est un chien des villes.

 

Source : www.wanimo.com

Published in Santé
mardi, 31 janvier 2017 11:39

Parvovirose

Cette maladie est provoquée par un virus, le parvovirus canin. Fréquent, il est aussi extrêmement résistant. Il peut persister dans l’environnement pendant de longues périodes : des mois, voire des années.

La parvovirose a été observée pour la première fois chez le chien en 1978, en Europe et en Amérique. Des milliers de chiens en sont morts avant qu’un vaccin ne soit disponible. A l’heure actuelle, bien que l’on n’observe plus de telles épidémies, la parvovirose reste une maladie fréquente chez les chiens non vaccinés. Elle est aussi la cause la plus fréquente de mortalité des chiots en élevage, principalement en période de sevrage. Régulièrement, des cas sont rencontrés par les vétérinaires. Ils sont souvent graves, voire mortels. Il est donc vital que votre chien soit protégé contre cette maladie.

Quels sont les animaux à risque ?

Tous les chiens non vaccinés présentent un risque élevé de déclarer une parvovirose. Cette maladie touche aussi fréquemment les chiots en élevages, notamment lors de la période critique, au cours de laquelle le chiot n’est plus protégé par les anticorps transmis par sa mère. La malnutrition ou l’affaiblissement des chiots par des parasites digestifs ou par d’autres maladies est un facteur favorisant. Certaines races, comme les Rottweilers, sont aussi probablement plus sensibles . La maladie touche donc les chien de tous âges, mais elle est plus fréquente chez les chiots de moins d’un an.

La parvovirose est un vice rédhibitoire : le certificat de suspiçion du vétérinaire doit être établi dans les 5 jours suivant la vente du chiot et l’action mise en œuvre dans les 30 jours.

Comment se transmet la parvovirose ?

Les principales sources d’infection sont les excréments des chiens infectés. Le parvovirus peut persister très longtemps dans l’environnement : jusqu ‘à 6 mois, voire plus, à la surface des murs ou des sols même bien nettoyés. Il peut être transporté sur les vêtements, les semelles de chaussures ou le pelage des animaux (pendant plusieurs mois), avant d’être à l’origine de nouvelles contaminations.

Le virus de la parvovirose canine

La parvovirose est due à l’infection par le parvovirus canin de type 2 (ou CPV-2 pour Canine Parvo Virus. Il est apparenté au virus du typhys chez le chat. C’est un virus très contagieux. A l’heure actuelle, en France, il en existe plusieurs souches : CPV-2a, CPV -2b et CPV -2c, ce dernier ayant été identifié en 2001. Ce virus est transmis par contact nasal ou buccal avec des matières fécales ou les zones infectées. En 3 ou 4 jours, même avant l’apparition de signes cliniques, le parvovirus être éliminé dans les selles d’un chien infecté et contribuer à ce que la contamination se poursuive.

Quels sont les signes de la parvovirose ?

La période d’incubation de la parvovirose est généralement de 4 à 7 jours. La forme classique est une gastro-entérite sévère.

Les signes cliniques classiques sont la fatigue, le refus de boire et de s’alimenter, des vomissements ainsi qu’une diarrhée intense, hémorragique et nauséabonde, associée à une douleur abdominale. Le chien est prostré, très abattu. Une déshydratation grave s’installe rapidement, ainsi qu’une déficience du système immunitaire, conduisant à la mort. Chez certains chiots, une atteinte du cœur peut provoquer une mort subite. Chez d’autres chiens, la guérison survient en quelques jours, deux semaines au maximum. Chez les chiots, l’issue est fatale dans un cas sur deux.

Comment prévenir la parvovirose ?

Il n’existe pas de traitement spécifique de la parvovirose canine car les antibiotiques ne sont pas efficaces sur les virus. Lorsqu’un chien est atteint, le vétérinaire peut administrer des perfusions et des médicaments anti-vomitifs et anti-diarrhéiques. Une hospitalisation de plusieurs jours est parfois nécessaire. C’est pourquoi il est important de s’assurer que son chien est vacciné dès son plus jeune âge. Ensuite, il faudra veiller à maintenir sa protection vaccinale à l’âge adulte en faisant faire des rappels chez votre vétérinaire. Le parvovirus étant très resistant dans le milieu extérieur, tout animal qui excrète le virus contamine non seulement l’environnement mais est aussi, indirectement, à l’origine de la contamination d’autres animaux.

Source : http://www.lasantedemonchien.fr/

Published in Santé