Blog

Si vous avez un article intéressant concernant le monde canin, n'hésitez pas à nous envoyer celui-ci ou le lien par email avec une photo d'illustration (mini 900 x 525 px).

samedi, 10 septembre 2016 17:39

B.A.R.F

BARF signifie Biologicaly Appropriate Raw Food, c'est à dire nourriture crue biologiquement appropriée.

Je dirais que je suis passée au BARF car la solution des croquettes ne convenait plus du tout à l'un de mes chiens, particulièrement.
Au fil de mes recherches sur les croquettes et de mes lectures sur le BARF, j'ai acquis la conviction de choisir ce mode alimentaire pour mes chiens.
 
C'est un certain cheminent à faire car ces 20 dernières années nous ont tous conditionnés à penser que les croquettes sont l'alimentation "par définition" du chien.
Une fois le pas franchi, je n'ai eu aucun regret d'avoir choisi pour mes chiens une alimentation naturelle qui me permet de choisir des aliments frais pour eux et dont je peux choisir la provenance.
 
Mes premiers doutes sur les croquettes sont apparues avec mon vieux chien qui a un souffle au coeur, lorsqu'il a été nourri aux croquettes diététiques rénal/cardiaque. En moins de deux ans il avait grossi énormément : plus de 9 kg et là 7 kg. Il était tout "congestionné", quand on le palpait c'était très "bizarre".
Après des recherches qui m'ont convaincue qu'il valait mieux le faire maigrir plutôt que de laisser sous ses croquettes spécifiques, vu son stade au niveau cardiaque, j'ai décidé de le repasser à des croquettes "normales" mais sans céréales (tout en veillant à vérifier certaines données au niveau de la composition sur confirmation d'un véto).
Parallèlement, j'avais un autre chien qui ne supportait que certaines croquettes diététiques (sinon diarrhée et régulièrement selles molles). C'était impossible de lui donner les mêmes croquettes qu'à la majorité de mes 4 chiens. J'ai tenté sur lui des croquettes sans céréales mais elles ne furent pas supportées. Il a été remis aux anciennes croquettes diététiques mais il s'est mis à prendre un poil terne, mou, à sentir fortement mauvais à cause d'une séborhée ...
J'ai alors décidé de me plonger dans des recherches sur les croquettes en espérant en trouver qui auraient la composition la meilleure possible pour mes chiens.
Ces recherches assidues m'ont convaincue que je ne trouverai jamais la ou les croquettes idéales pour mes chiens.
La composition parfaite n'existe pas et quand on l'approche ce type de croquettes est mal supporté par les chiens sensibles. Entre la loterie du choix en fonction d'une composition, le mode de fabrication sujet à controverses, les doutes sur la qualité des ingrédients, le danger des mycotoxines, ce fut une grande prise de tête et .....je suis passée au barf.
 
Les problèmes de mon chien sensible se sont résolus dans les 15 jours qui ont suivis le passage au barf : son poil est redevenu brillant et plombant, il n'a plus de séborrhée et de pellicules et il ne sent plus mauvais. Mes autres chiens se portent bien et tous ont désormais une morphologie adéquate, une bonne forme. Je remarque une perte de poils fortement réduite sur mes cockers, des selles en quantité réduite et moins malodorantes, une haleine meilleure. 
Au début il y a eu quelques désagréments mais il a suffi de les prendre en compte et ils ont vite disparus.

Pourquoi je vous conseille de choisir le BARF ?

L'idée est de reconstituer une proie, c'est à dire de se rapprocher plus ou moins de l'alimentation d'origine du chien. 
Les bénéfices du cru sont une digestion plus courte (4 h environ au lieu de 11 h environ pour les croquettes), facilitée par les enzymes présents dans les aliments crus (la haute cuisson des croquettes occasionne leur perte). Cela fatigue donc moins inutilement l'organisme que les croquettes. En épargnant au pancréas de travailler plus qu'il ne faudrait, les autres organes s'en ressentent positivement et cela permet 
une meilleure santé globale, un meilleur systéme immunitaire.
Les nutriments sont tous naturels, on n'ajoute pas de vitamines chimiques ou du calcium de synthèse, comme c'est le cas pour les croquettes après cuisson. Cela permet une 
meilleure biodisponibilité, c'est à dire une meilleure assimilation des nutriments.
Il ne faut pas craindre les carences alors qu'il s'agit d'une alimentation naturelle, le chien est fait pour manger de la viande...Il faut aussi savoir que derrière l'ajout de tel et tel nutriment de synthése dans les croquettes aux "compositions équilibrées", se cache le probléme de la bonne assimilation ou pas par le chien de ces nutriments et additifs chimiques contenus dans les croquettes....
A savoir que le calcium de synthèse est fortement controversé pour nous humains et qu'il est donc bien plus préférable de fournir une source de calcium naturel (os charnus, voire même poudre d'os, coquille d'oeufs) qui pourra facilement s'éliminer par les urines en cas d'excès, contrairement à celui de synthèse. 
Le maître a la 
maîtrise des aliments de la gamelle et de leur qualité.
Le chien ne sera plus nourri avec les déchets de l'industrie agro alimentaire et ne consommera plus les hautes doses de céréales ou pseudo céréales contenues dans les croquettes. Ces céréales ne lui sont pas inspensables, leur présence dans les croquettes n'est justifiée que par leur coût modique et par le fait qu'elles servent de liant nécessaire pour leur fabrication. Or, le chien n'a pas un organisme fait pour digérer des céréales à hautes doses. 
Et on peut parler aussi des mycotoxines que contiennent de nombreuses croquettes composées de céréales. Il faut lire ce site à ce sujet : 
SNAC – association - croquettes - mycotoxines –

Avec le BARF le chien est nourri avec une source de 
protéines de haute qualité : les muscles. Cela n'a rien à voir avec les sous produits animaux pouvant être utilisés pour les croquettes. Bien entendu il s'agit au maître de bien choisir les morceaux de viande et il peut y avoir du barf de mauvaise qualité, avec trop de collagène, trop de gras blanc, trop d'os ....A chacun de pratiquer un "bon BARF".

On peut ainsi espérer, avec une nourriture saine, réduire les risques de certaines pathologies qui étaient rares auparavant mais sont devenues de plus en plus fréquentes ces dernières décennies. Je pense ainsi aux cancers, puisqu'on sait que pour nous l'alimentation est un facteur de risques important, aux soucis liés au pancréas, à certaines maladies auto immunes etc..Il n'existe pas d'études sur le sujet mais personne ne saurait contredire qu'une alimentation saine, fraîche, de qualité et appropriée à la nature biologique ne peut être que bénéfique. 

Le BARF est réputé pour assurer un bon poil, une peau saine et solutionne dans la majorité des cas les soucis d'allergies sous croquettes qui se caractérisent souvent par des soucis dermatologiques (cela peut être aussi des soucis de transit). 

Les chiots ont une croissance plus harmonieuse et moins rapide.
Un chien sous BARF dès son jeune âge serait 
moins enclin à avoir de l'arthrose grâce aux nutriments que la viande lui procure.

La viande permet au chien d'avoir une belle musculature et l'obésité ne le guettera pas.
Grâce à l'activité masticatoire il aura une 
meilleure santé buccale. Et même avec des os broyés on peut observer moins de tartre.

La ration humide fera qu'il sera moins déshydraté en période de grandes chaleurs et, notamment, lors d'activités sportives. Cela réduit également les risques de torsion d'estomac. 

Ses selles seront petites et peu odorantes. Elles se désagrègent au fil des jours puisqu'elles ne contiennent aucun conservateur.

Source : http://le-barf-pour-mes-chiens.e-monsite.com

Published in Santé
samedi, 10 septembre 2016 01:35

Choisir un chiot

Comment choisir un chiot ?

Afin de sélectionner votre chiot au sein d'une portée, pensez à effectuer une visite chez l'éleveur lorsque les petits ont 5 à 6 semaines. Vous pourrez ainsi observer la portée au complet et faire votre choix.

Puis vous retournerez chercher votre futur compagnon lorsqu'il aura 8 à 10 semaines et qu'il sera prêt à quitter sa mère. Lors de la visite intermédiaire où vous allez choisir votre chiot, essayez, dans la mesure de vos moyens, de vous assurer que les chiots sont en bonne santé. Prenez les chiots un par un et examinez-les de manière approfondie.

Les critères de santé

Les déplacements : un chiot sain ne boîte pas. Lorsqu'il est éveillé, il doit être vif et joueur (l'isolation et la prostration dans un coin sont peut-être les signes d'un animal malade ou dépressif). Accroupissez-vous et appelez les chiots, ils doivent venir vers vous par curiosité.

Les yeux doivent être secs et propres, sans croûtes ou pus, sans rougeur ni traînée de larmes.

Les oreilles : l'intérieur doit être bien propre, sans croûte, saletés, ni odeur nauséabonde. Attention à la gale d'oreilles très fréquente dans les élevages.

Le nez doit être humide et frais et ne doit pas couler.

La vue et l'audition : vérifiez que votre futur compagnon suit des yeux votre main ou un jouet en mouvement et qu'il réagit au claquement des doigts.

La peau en général : le poil doit être fourni et luisant, sans croûtes, pellicules ou boutons. Attardez-vous sur la peau du ventre, sans rougeur ni plaies, principalement au niveau de l'ombilic : si vous sentez une masse molle qui dépasse du nombril, cela peut être dû à une hernie ombilicale (petit orifice dans les muscles du ventre qui ne s'est pas fermé à la naissance et qui nécessitera peut être une intervention chirurgicale).

Si vous souhaitez plus tard faire confirmer votre chien (c'est à dire le faire passer devant un jury qui déterminera s'il est bien conforme aux critères de sa race), assurez vous à l'achat de deux éléments qui sont rédhibitoires :

Le prognathisme : la mâchoire inférieure est légèrement plus longue que la mâchoire supérieure, les incisives inférieures sont placées avant les incisives supérieures. Cela entraîne la non confirmation du chien.

La cryptorchidie chez le mâle : un seul testicule est palpable, le deuxième est resté « coincé » plus haut dans l'abdomen. Parfois le deuxième testicule descend plus tard, mais si votre désir est d'avoir un chien d'exposition, il vaut mieux s'abstenir.

Les critères de comportement

A partir de 5 semaines, les chiots commencent à s'éveiller, à jouer et à acquérir progressivement leur caractère adulte.

Voici quelques tests qui vous permettront de déceler le type de caractère de votre chien :

Affirmé ou timide : regardez votre chiot agir au milieu de la portée, puis mêlez-vous au jeu (avec une balle ou autre jouet). Un chiot affirmé sera celui qui tente d'être le premier, qui empêche les autres de participer, voire qui montre déjà de l'agressivité. Un tel chien aura besoin d'un maître autoritaire qui saura prendre en main son dressage. Un « timide » sera le dernier de la bande, n'osant pas se mêler aux autres. Il jouera plus volontiers si on l'isole du reste de la portée. Ce sera un chien beaucoup plus calme et docile, idéal avec des enfants.

Ces conseils ne remplacent pas l'expérience d'un éleveur consciencieux et professionnel qui connaît très bien la race et sa portée. A vous de vous informer pour trouver les bons !

L'éducation reçue de la mère chez l'éleveur, et à la suite celle que vous donnerez à votre chiot dès ses 2 mois est primordiale ; adaptée, juste, et constante, elle inculquera au chiot et au futur chien adulte la place qu'il doit prendre au sein de votre famille.

Published in Santé